Home / 2018 / février

S’il y a bien quelque chose à laquelle nous ne sommes pas habitués sous nos latitudes méditerranéennes, c’est le froid. Extrême cette semaine, il n’en demeurera pas moins présent encore pour quelques semaines. Pour lutter contre, voici quelques conseils de bons sens que l’on a dans notre confort moderne tendance à oublier. Dans un premier temps, sortez couvert !

Dire qu’il faut adapter ses vêtements en fonction du temps est lapalissade mais quand on voit en septembre certains jeunes se balader avec des doudounes canadiennes, je n’ose imaginer ce qu’ils doivent porter cette semaine… La meilleure technique est de pratiquer la technique de l’oignon. Vous pouvez certes abuser de sa soupe qui vous réchauffera mais c’est surtout la multiplication des couches comme celle de l’oignon qui est efficace.

Commencez par un vêtement technique au plus près de la peau (style Damart) en laine mérinos si vous pouvez (certes c’est plus cher mais c’est léger et d’une rare efficacité), ensuite une chemise puis une polaire ou un pull en laine pour finir par une parka qui vous coupera du vent. Ce dernier est un élément important dans la sensation de froid, son souffle peut faire descendre la température d’une dizaine de degrés en empêchant l’air qui est autour de votre corps de se réchauffer.

Dernier point important, pensez à protéger vos extrémités, la tête, les mains et les pieds sont des endroits très sensibles au froid et ou la perte de chaleur peut s’avérer importante. Bonnet, gants, chaussettes adaptées et chaussure à grosses semelles pour vous isoler du sol sont indispensables. Si vous êtes amenés à rester longtemps à la même place dehors, pensez à poser une planche sur le sol pour vous isoler. Autre astuce, les chaufferettes que vous pouvez avoir dans les poches et surtout, n’hésitez pas à bouger, le mouvement produit de la chaleur !! Et dites vous bien que le froid, ce n’est qu’une sensation, grâce au Yoga Toumo, certaines personnes peuvent se baigner dans une eau glacée pendant de nombreuses minutes sans aucun soucis…

C’est au cœur de Port-Ariane, sur les quais du port, que le restaurant la Bonne Bouille s’est installé. Ici, que l’on soit en hiver ou en été, on est toujours dépaysé. Il est vrai, qu’ici, face au port à seulement 10 minutes de la Comédie, on a la sensation d’avoir pris le large… On s’imagine aisément descendre le Lez en péniche et partir explorer les canaux de Camargue. Depuis 1994, l’enseigne, d’abord installée à Montpellier aux Arceaux, a depuis longtemps conquis tous les amateurs de poissons. Le décor est design et contemporain dans la salle chaleureuse qui souvent accueille des expositions, vous y partagerez une ambiance détendue.

Si vous avez envie de grand air, direction la terrasse protégée. A midi mais surtout le soir, on se croirait presque sur les grandes marinas de la côte d’Azur. En cuisine, le chef et son équipe font plus qu’assurer. La spécialité, qui a donné son nom au restaurant, c’est bien sûr la bouillabaisse. Si vous voulez la déguster, il vous faudra la commander 48h à l’avance et être deux minimum, gage d’une VRAIE bouillabaisse artisanale. Le midi, les formules adaptées à tous les budgets (plat du jour à 11€ et formule à partir de 13,50€) ont déjà convaincu bon nombre d’habitués qui travaillent dans les alentours.

Des planches repas thématiques (Bouchère, Espagnole, Marine, Terroir ou Italienne) avec un assortiment de spécialités sont aussi proposées. En soirée, l’ambiance est plus cosy et les menus et la carte donnent un bel aperçu des talents du chef. Velouté de potiron et Queue d’écrevisses, Filet de loup en paupiette, petite farce menthe fraiche et pignon, Fricassé de seiche au chorizo et Cébettes, si vous êtes plutôt Mer et Escalope de foie gras poêlée sur, moelleux de pommes caramélisées ou Ti bone de veau rôti aux gousses d’ail si vous êtes plutôt Terre. Avec un excellent rapport qualité/ prix, la Bonne Bouille demeure encore et toujours une bonne adresse. Résidence le Rialto – Port-Ariane Lattes 04 67 15 30 61

http://www.restaurantlabonnebouille.com/

Vive la colo ! Proposer à ses enfants des activités durant les vacances scolaires est souvent source d’interrogation chez tous les parents. Heureusement des organisms sérieux proposent des solutions qui sont parfois à quelques pas de chez vous, c’est le cas du Clos d’Alice. En ce début d’année 2018, le centre de colonies de vacances et centre équestre « Le Clos d’Alice » a le plaisir d’annoncer l’ouverture des inscriptions pour les séjours enfants.

Accessibles de 7 à 17 ans, les jeunes pourront profiter de leurs activités préférées comme l’équitation, le quad, les sports d’eaux-vives, la pêche à Pâques, cet été ou encore à la Toussaint. Les colonies de vacances et stages sportifs constituent de véritables fabriques d’aventures pour les enfants et adolescents, l’occasion de vivre une semaine inoubliable ponctuée d’un sensationnel spectacle de fin de séjour. Jusqu’au 31 Mars, tentez de gagner un des 5 séjours en vous inscrivant au tirage au sort par téléphone et profitez aussi des promotions de début d’année ! Vous pourrez retrouver toutes les informations sur Facebook ou sur leur site Internet.

Les Cazeaux – 34230 Le Pouget – 06 25 84 73 63

leclosdalice.vpn@gmail.com

Le Clos d’Alice ton club d’équitation-ta colo dans la Vallée de l’Hérault- Le Clos d’Alice

Jusqu’au 28 avril prochain, le musée Fabre rend hommage à Jean-Michel Meurice, personnalité atypique, à la fois réalisateur de films et de documentaires, mais aussi l’un des acteurs majeurs du renouveau de la peinture en France dans les années 1960. Une quarantaine d’œuvres sont exposées représentant cinq décennies de peinture. Son œuvre colorée et abstraite est nourrie par de nombreuses références empruntées au vocabulaire des arts décoratifs (la tapisserie, les ornements d’Asie centrale…) et aussi à la peinture de la première moitié du XXème siècle (Edouard Vuillard, Henri Matisse…).

Les couleurs audacieuses qu’il emploie témoignent de son intérêt pour la lumière électrique des téléviseurs : l’artiste n’hésite pas à peindre avec des matériaux contemporains (aérosols) et sur des supports tout aussi étonnants (vinyle, rhodoïd, aluminium…). Né à Lille en 1938. Il est diplômé de l’Ecole des beaux-arts de Saint Luc à Tournai en Belgique. Alors qu’il est mobilisé en Algérie (entre 1959 et 1962), il peint la pelliculend’un film. Cet acte devient la pierre angulaire de sa carrière de peintre et de réalisateur. A son actif, Jean-Michel Meurice a réalisé plus de 150 documentaires dont de nombreux sur la peinture (Simon Hantaï, Pierre Soulages, Caravage) et fait partie des fondateurs de la chaine télévisée Arte dont il participe à la préfiguration en 1986 avec Georges Duby.

En parallèle, il pratique la peinture avec le même enthousiasme. Son esthétique se nourrit de nombreux voyages qu’il a effectués. Ses œuvres sont conservées dans les plus grands musées français (Centre Pompidou, Musée d’art moderne de la ville de Paris, musée des arts décoratifs, Musée Picasso d’Antibes) et à l’international (musée de Saint Louis – USA, Museum of modern art de Gunma – Japon, Australian National Gallery – Australie). Musée Fabre de Montpellier Esplanade Charles de Gaulle

http://museefabre.montpellier3m.fr/Accueil_4_focus/Jean-Michel_Meurice_Parcours_1956-2018

La semaine dernière, nous évoquions le centre-ville et la richesse de l’offre de restauration amplifiée par l’installation de chefs qui ont monté, après avoir fait leurs armes dans de belles maisons, leur propre établissement. Cette semaine nous quittons le centre-ville pour gagner le quartier de l’Aiguelongue. Plus connu pour son ambiance résidentielle, il accueille pourtant Le Bazar, un restaurant connu depuis longtemps par les Montpelliérains.

Accolé au Club 7, un magnifique centre sportif de remise en forme, le Bazar a toujours bénéficié d’une solide réputation. Depuis 4 mois, les lieux ont changé de main, c’est désormais Vincent qui dirige le restaurant. Montpelliérain d’origine, le jeune homme, après avoir suivi un parcours classique au Lycée hôtelier de St Chély d’Apcher, a voyagé dans de nombreux pays et accumulé de belles expériences. De retour à Montpellier, il a eu envie de voler de ses propres ailes en reprenant Le Bazar.

Après une période de travaux qui a permis le rajout d’une terrasse fermée et chauffée très lumineuse et quelques transformations à l’intérieur de la très belle salle. L’atmosphère est toujours aussi agréable et en cuisine, on propose du “vrai“ fait maison comme le précise la carte. Cette dernière n’est pas pléthorique, c’est d’ailleurs un bon signe lorsqu’on propose ce type de cuisine traditionnelle à base de produits de saison. Lors de notre visite, nous avons pu apprécier les couteaux à la plancha parfaitement préparés. Pour la suite la Pastilla de volaille tandoori présentée de jolie façon et le Burger de bœuf « Black Angus » avec son chèvre frais, sa compotée de cèpes, ses oignons et son bacon frits s’avèrent particulièrement savoureux.

En dessert, le Blanc-manger coco et la nage d’orange apportent une touche sucrée délicieuse. Avec des formules à moins de 20€ et une carte raisonnable le soir et le week-end, Le Bazar, avec cette nouvelle direction, demeure encore et toujours une bonne adresse.

448 Rue de la Roqueturière Montpellier – 04 67 02 15 40

Jusqu’au 28 avril prochain, le musée Fabre rend hommage à Jean-Michel Meurice, personnalité atypique, à la fois réalisateur de films et de documentaires, mais aussi l’un des acteurs majeurs du renouveau de la peinture en France dans les années 1960. Une quarantaine d’œuvres sont exposées représentant cinq décennies de peinture. Son œuvre colorée et abstraite est nourrie par de nombreuses références empruntées au vocabulaire des arts décoratifs (la tapisserie, les ornements d’Asie centrale…) et aussi à la peinture de la première moitié du XXème siècle (Edouard Vuillard, Henri Matisse…).

Les couleurs audacieuses qu’il emploie témoignent de son intérêt pour la lumière électrique des téléviseurs : l’artiste n’hésite pas à peindre avec des matériaux contemporains (aérosols) et sur des supports tout aussi étonnants (vinyle, rhodoïd, aluminium…). Né à Lille en 1938. Il est diplômé de l’Ecole des beaux-arts de Saint Luc à Tournai en Belgique. Alors qu’il est mobilisé en Algérie (entre 1959 et 1962), il peint la pelliculend’un film. Cet acte devient la pierre angulaire de sa carrière de peintre et de réalisateur.

A son actif, Jean-Michel Meurice a réalisé plus de 150 documentaires dont de nombreux sur la peinture (Simon Hantaï, Pierre Soulages, Caravage) et fait partie des fondateurs de la chaine télévisée Arte dont il participe à la préfiguration en 1986 avec Georges Duby. En parallèle, il pratique la peinture avec le même enthousiasme. Son esthétique se nourrit de nombreux voyages qu’il a effectués. Ses œuvres sont conservées dans les plus grands musées français (Centre Pompidou, Musée d’art moderne de la ville de Paris, musée des arts décoratifs, Musée Picasso d’Antibes) et à l’international (musée de Saint Louis – USA, Museum of modern art de Gunma – Japon, Australian National Gallery – Australie). Musée Fabre de Montpellier Esplanade Charles de Gaulle

http://www.montpellier3m.fr/actualite/jean-michel-meurice-parcours-1956-2018-la-nouvelle-exposition-du-musee-fabre

Look sportwear chic ! Ça bouge du côté du boulevard du Jeu de Paume. L’installation de la boutique Shilton, montre le dynamisme de ce quartier en pleine mutation. La marque a été créée à Béziers en 1990, spécialisée dans le sportswear autour d’un vecteur que l’on connaît bien chez les Biterrois : le rugby ! Michaël Guedj, son créateur est un autodidacte, il a pourtant réussi un pari, audacieux : installer une marque dans un secteur où la concurrence est rude. D’abord centrée sur les hommes, Shilton propose également des collections femme et enfant. Les gammes proposées sont larges et variées, il y en a vraiment pour tous les amoureux du ballon ovale : du sportswear pur et dur avec des polos ou des maillots de rugby retravaillées qui évoquent de grands rendez-vous internationaux. Pour un look plus habillée, il y en a pour tous les goûts : des chemises, pantalons, jeans, manteaux parkas, lunettes de soleil, etc, impossible de ne pas trouver son bonheur à des prix qui restent tout à fait raisonnables. Mais, ce qui fait la force de la marque c’est bien sûr le réseau qui a permis à la marque de revendiquer une cinquantaine de boutique d’abord dans le Sud mais pas que ! Venez faire un tour du côté de la boutique et adoptez le look Shilton…

35 Boulevard du Jeu de Paume Montpellier 04 99 65 07 40

https://www.facebook.com/SHILTON.MONTPELLIER/